C'est un jeune officier qui est invité à une grande réception des anciens combattants

C'est un jeune officier qui est invité à une grande réception des anciens combattants...
Une heure après le début de la soirée, il va aux toilettes.
Il remarque que le vieux qui pisse à côté de lui a deux jets, dont un qui arrose ses chaussures et il luit dit:
- Hé ho c'est quoi ça ?
Le vieux combattants:
- Ah pardon... tu vois ça mon ptit jeune, c'est une blessure de la guerre de 39, j'étais à moto et les Boches ont fait exploser le réservoir de ma Laverda en tirant dessus et voilà...

Une heure plus tard, il revient aux toilettes et voit un autre ancien à côté, mais lui il a trois jets de pipi, il se tient à distance et demande à l'ancien:
- C'est quoi, ces trois jets?
Le vieux combattants:
- Ça gamin, tu vois c'est une vieille blessure de guerre d'Algérie. J'étais sur un chameau et des bédouins m'ont lancé une grenade, le chameau est mort, et j'ai échappé au pire, mais bon...

En fin de soirée, il y retourne et voit un autre vieux chancelant qui a quinze jets.... Il demande:
- Eh dites, c'est une vieille blessure de guerre vous aussi, sacrée blessure...

Et là un homme, plus jeune, vient juste à temps pour le soutenir avant qu'il ne tombe, et il répond à sa place:
- Non, c'est juste que mon père a encore trop bu, et il est trop saoul pour baisser sa fermeture éclair...

Avez-vous déjà partagé cette blague ?

Blagues similaires

Un patron reçoit une nouvelle secrétaire toute jeune et pimpante

Un patron reçoit une nouvelle secrétaire toute jeune et pimpante

Michel, un cadre dirigeant, sur la fin de sa carrière, reçoit une nouvelle secrétaire toute jeune et pimpante.
Ayant...

J'ai perdu mon mari, aide moi à le trouver

J'ai perdu mon mari, aide moi à le trouver

Jeanette Bertrand, qui est maintenant âgée de 101 ans, fait les magasins. Elle heurte son caddie sur celui d'une amie...

Les cacahuètes

Les cacahuètes

Dans un bus rempli de petits vieux en pélerinage à Ste-Anne de Beaupré, une mamie tapote sur l'épaule du chauffeur, et lui...

Laisser un commentaire